Home Blog

Fugees retounen wi

0

The Fugees se reforment pour une tournée internationale surprise

Le groupe mythique formé par Lauryn Hill, Wyclef Jean et Pras Michel s’offre une tournée internationale pour célébrer les 25 ans de l’album « The Score »

On n’y croyait plus. Le groupe mythique formé par Lauryn Hill, Wyclef Jean et Pras Michel s’offre une tournée internationale pour célébrer les 25 ans de l’album The Score, « élu “meilleur album rap” de 1996 aux Grammy Awards », comme le précise La Défense Arena sur son  site officiel.

Le groupe se produira pour la première fois depuis quinze ans. Ils traverseront les Etats-Unis et passeront à Londres, au Nigeria, au Ghana et à Paris, précise Pitchfork ce mardi. The Fugees passeront par la France et par  La Défense Arena, le 4 décembre prochain. Il sera possible d’acheter les préventes dès le 23 septembre à 10 heures.

The Fugees ont sorti The Score en 1996, un album qui les a rendus célèbres avec les tubes Ready or Not et Killing Me Softly. Ils se sont séparés définitivement en 2006 et il semblait improbable, pour ne pas dire impossible, de voir ses trois membres se produire à nouveau ensemble. Comme quoi.

Le CG émet une interdiction de départ à l’encontre du premier ministre Ariel Henry

0

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude vient de rendre public son réquisitoire supplétif dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moïse. Le chef du parquet, pourtant renvoyé par le premier ministre Ariel Henry, l’interdit de quitter le territoire.

Port-au-Prince, le 14 septembre 2021.- Renvoyé par le premier ministre Ariel Henry, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Bed-Ford Claude, n’a pas abdiqué.

Il vient de rendre son réquisitoire supplétif dans le cadre du dossier de l’assassinat du président Jovenel Moïse.

Ainsi, après avoir avancé tant de considérations parmi lesquelles, les conversations téléphoniques entre Joseph Félix Badio, l’un des principaux suspects, et le premier ministre Ariel Henry, le commissaire du gouvernement demande que des mesures soient adoptées.

Dans ce réquisitoire supplétif, il requiert le juge d’instruction Me Garry Orélien, d’instruire sur ces nouvelles informations en inculpant le nommé Ariel Henry, qui en raison de la gravité des faits exposés.

Il l’interdit de quitter le territoire national par toutes les voies possibles.

Vant Bèf Info (VBI)

Les États-Unis précisent qu’ils ne reconnaissent aucun homme politique comme le leader légitime d’Haïti

0

Washington.- Les États-Unis ont assuré ce jeudi qu’ils ne reconnaissent aucun homme politique en particulier comme « président ou premier ministre légitime » d’Haïti, et ont souhaité qu’il y ait un « dialogue inclusif » qui permettra la formation d’un gouvernement de coalition en bientôt le pays.

Un haut responsable américain, qui a requis l’anonymat, s’est exprimé ainsi une semaine après que le Département d’État a assuré qu’il considérait Claude Joseph comme le premier ministre d’Haïti, car il occupait ce poste avant l’assassinat du président haïtien , Jovenel Moise.

“Nous avons fait très attention à ne soutenir personne comme le président légitime ou le Premier ministre du pays”, a déclaré le responsable lors d’une conversation téléphonique avec un petit groupe de médias, dont Efe.

La source a rappelé que, deux jours avant son assassinat, Moise avait nommé l’ancien ministre Ariel Henry au poste de Premier ministre, mais qu’il n’avait pas été officiellement investi avant l’assassinat.

Après la mort de Moise, les États-Unis avaient besoin d’un « interlocuteur » pour pouvoir « offrir leur aide dans l’enquête » sur ce qui s’était passé, et pour cette raison, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, et d’autres responsables ont contacté Joseph, qui était le premier ministre avant l’assassinat.

“Nous devons trouver des interlocuteurs pratiques pour continuer à essayer d’aider le pays, mais nous avons pris soin de ne reconnaître personne”, a insisté le responsable.

Bien que la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, ait effectivement évité de reconnaître quiconque comme Premier ministre lorsqu’on l’a interrogée à ce sujet ; Le porte-parole du département d’État, Ned Price, l’a fait lorsqu’il a été consulté sur la question le 8 juillet.

“Il (Claude Joseph) était le titulaire qui occupait ce poste, il occupait le poste de Premier ministre avant l’assassinat du président Moise et nous continuerons à travailler avec Claude Joseph en tant que tel”, a déclaré Price lors d’une conférence de presse.

Ce week-end, une délégation américaine s’est rendue à Port-au-Prince et a rencontré Joseph, Henry et le président du Sénat, Joseph Lambert, les trois hommes politiques qui se disputent le pouvoir après l’assassinat.

Au milieu de ces tensions, les États-Unis espèrent soutenir « un dialogue large et inclusif entre toutes les parties d’Haïti », c’est-à-dire « les acteurs politiques, la société civile et le secteur privé », a déclaré le responsable susmentionné. « (Cela permettrait) de transformer cette horrible tragédie, qui est le premier assassinat d’un chef d’État sur le continent américain depuis 1961, en quelque chose qui puisse unir le peuple haïtien et permettre la formation d’une coalition gouvernementale qui réussira », il ajouta.

La source n’a pas donné de détails sur le rôle que Washington pourrait jouer dans ce dialogue ou s’il voit des perspectives de formation d’un tel gouvernement de coalition avant les élections présidentielles prévues le 26 septembre.

« Nous devons être très prudents en Haïti, car ce que font les États-Unis a beaucoup d’impact », a-t-il reconnu. Il a précisé qu’il y a actuellement « huit agents du FBI » déployés en Haïti pour aider à l’enquête sur le meurtre de Moise, et que les départements américains de la Justice et de la Sécurité intérieure sont également impliqués dans les enquêtes.

“Ils essaient de retracer l’origine des armes, de trouver un lien possible avec les États-Unis et (d’identifier) ​​des accusations potentielles qui pourraient être déposées aux États-Unis”, a-t-il déclaré. Interrogé sur la possibilité que les États-Unis envoient des troupes en Haïti, il a répondu que cette possibilité « n’est pas exclue » pour l’instant.

« Nous n’avons pas de demande d’Haïtiens pour (envoyer) un nombre spécifique de militaires, mais nous avons d’autres demandes. Nous évaluons tout ce que nous pouvons faire pour contribuer à l’enquête », a-t-il déclaré.

Le responsable a ajouté que son objectif est « d’étendre la capacité de la Police nationale haïtienne » pour répondre à la situation, alors Washington envisage d’envoyer plus de « formateurs » de personnel ou « d’équipement, ou de soutien technique », mais n’a toujours pas fait un décision.

500000 dòz vaksen #MODERNA apèn rive nan peyi Dayiti

0

Peyi Dayiti fenk resevwa, jounen mèkredi 14 jiyè 2021 an, yon premye lo 500 000 dòz vaksen #MODERNA ki se yon don Gouvènman Ameriken nan kad inisyativ COVAX la.

Premye lo vaksen sa a ki rive nan peyi a se yon etap enpòtan nan lit gouvènman ayisyen an ap mennnen ak sipò zanmi nan kominote entènasyonal la pou rive fè vaksen kont COVID-19 rive jwenn popilasyon an pou kapab frennen pwopagasyon nouvo kowonaviris la.

500 000 dòz vaksen sa yo pral pèmèt #MSPP lanse kanpay vaksinasyon kont COVID-19 la nan peyi a pandan l ap garanti gen lòt vaksen k ap kontinye antre nan peyi a pou rive vaksinen popilasyon an.



#MSPPHaiti
#USEMBASSY
#OPSOMS
#UNICEF

Décès du rappeur KTS Dre après 64 balles reçues à bout portant

0

Le rappeur de Chicago, KTS Dre, a succombé suite à une fusillade intervenue peu de temps après sa sortie de prison. L’homme aurait été pris dans une embuscade par des tireurs qui ont vidé leurs chargeurs sur son corps, puisqu’il est fait état de plus de 64 balles reçues.

Qui en voulait à ce point au rappeur de Chicago, KTS Dre ? La question mérite d’être posée et ne trouve pas encore de réponse. Le musicien de 31 ans a été abattu peu de temps après sa sortie de prison, dans une embuscade. Les faits ont eu lieu samedi soir. Londre Sylvester, de son vrai nom, venait d’être libéré sous caution, après un an passé en détention pour une affaire d’arme à feu.

Lire aussi

Le rappeur KTS Dre a-t-il été victime du système ? Rien n’est moins sûr. L’on sait tout de même que son nom de scène, KTS, est évocateur, puisque cela signifie « Kill To Survive » (tuer pour survivre). D’ailleurs, le rappeur avait tatoué cette phrase au niveau de son cou, le tout agrémenté avec un symbole de cible de tir.

Le journal Complex, détaille que le rappeur se baladait avec sa mère dans les rues peu après sa sortie de prison lorsque deux voitures avec des hommes armés ont ouvert le feu. La police de Chicago a trouvé 59 douilles sur les lieux du crime. Blessé au visage et à la poitrine, KTS Dre a reçu plus de 64 balles. Sa mère et une troisième personne ont également été touchées par les balles, leur pronostic vital n’étant pas engagé.

Haïti / Kidnapping: Jacques Blemur kidnappé !!!

0

Des individus armés non identifiés ont enlevé puis séquestré, un pilote expérimenté travaillant à l’autorité portuaire nationale (APN). Il a été kidnappé, cet après-midi, au Bicentenaire (Port-au-Prince).

Il s’agit de Jacques Blemur, selon une source à la rédaction de Vant Bèf Info (VBI).

M. Blemur a été enlevé au rond point du Bicentenaire de Port-au-Prince.

Il a été enlevé dans sa voiture au moment qu’il se rend à son boulot (APN) situé entre La Saline et Bicentenaire. Il était accompagné d’un autre employé qui n’a pas été enlevé, selon notre source.

En réaction, des collègues du pilote enlevé ont décidé à partir de ce soir, de paralyser les activités dans ce port en se solidarisant avec la victime. En conséquence, les bateaux ne pourront pas accoster à l’APN, selon la source.

Vant Bèf Info (VBI)

Le gouvernement dominicain relance les exportations vers Haïti

0

Le gouvernement dominicain, à travers le Conseil de sécurité nationale et de défense nationale, a décidé d’autoriser pour des raisons humanitaires la reprise des exportations vers Haïti.

La décision vise à maintenir l’approvisionnement du système commercial haïtien aux niveaux requis pour réduire la possibilité d’une pénurie générale qui produit une instabilité sociale et des flux migratoires, a indiqué mardi la Présidence de la République dans un communiqué.

Mercredi dernier, le 7 juillet, le Gouvernement dominicain, par décision du Conseil national de sécurité et de défense, a ordonné la fermeture immédiate de la frontière avec Haïti.

Un ancien sénateur de l’Ouest implique dans l’assassinat de Jovenel Moise

0

Dans le cadre de l’enquête policière ouverte autour de l’assassinat du président Jovenel Moïse, les autorités policières lancent un avis de recherche contre trois personnes dont l’ancien sénateur de l’Ouest John Joel Joseph pour leur implication présumée dans ce crime odieux. Badio Joseph Felix et JAAR Rodolphe dit Dodof, sont les deux autres personnes recherchées par les forces de l’ordre.

Selon la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), ces avis de recherches ont été émis contre ces personnes pour les infractions suivantes: Assassinat, tentative d’assassinat et vol à mains armées. La PNH précise que ces derniers sont dangereux et armés et demande à n’importe quelle personne d’appeler aux numéros 3834-1111, 3836-1111 et 3837-1111, en cas de localisation.

Assassinat de Jovenel Moise: Presentation du comité en charge des obsèques de Jovenel Moïse

0

Le gouvernement haïtien a présenté officiellement les membres du comité chargé d’organiser les obsèques du Président Jovenel Moïse , qui a été assassiné dans sa résidence privée le 7 juillet, à Port-au-Prince .

Le Premier ministre par intérim Claude Joseph a présenté les membres du comité lors d’une conférence de presse, au cours de laquelle il n’a pas admis de questions et n’a pas précisé la date de l’enterrement.

« Le Gouvernement a deux priorités : continuer à mener l’enquête pour que le Président de la République, ses proches, sa famille, ses amis, ses alliés et la nation trouvent justice et tout mettre en œuvre pour honorer la mémoire du Président. en organisant des funérailles en bon état », a déclaré Joseph.

Le comité, constitué par décret publié lundi, est composé des ministres de la Culture, de l’Intérieur, de la Défense, des Affaires étrangères, du directeur de cabinet du président et du secrétaire général de la Présidence et du chef du Musée du Panthéon national. .

« Peuple haïtien, mes frères et sœurs, je vous demande d’accompagner cette commission, de participer à la cérémonie d’hommage qui sera organisée à la mémoire du président, une manière pour lui de repartir avec honneur et dignité », a ajouté Claude.

Le corps du président de 53 ans présentait douze blessures par balle correspondant à des armes de gros calibre et aussi neuf millimètres, selon le juge de paix chargé du rapport médico-légal, Henry Destin.

Les autorités haïtiennes ont jusqu’à présent arrêté 21 personnes pour leur participation présumée au meurtre de Moïse, qui a été abattu mercredi à son domicile à l’aube, ainsi que son épouse, Martine, qui a été blessée et est hospitalisée à Miami, aux États-Unis.

Assassinat de Jovenel Moise: L’un des suspects du meurtre était un informateur de la DEA

0

L’un des suspects de l’assassinat du président d’Haïti, Jovenel Moïse, était un informateur de la Drug Control Agency (DEA) des États-Unis, a rapporté ce bureau aujourd’hui.

« Après l’assassinat du président Moïse, le suspect a contacté un de ses contacts à la DEA et un responsable de la DEA affecté à Haïti l’a exhorté à se rendre aux autorités locales », a indiqué un communiqué de l’agence à la télévision CNN, sans identifier son identité.

La DEA a indiqué qu’en collaboration avec le Département d’État, des informations ont été fournies au gouvernement haïtien qui a aidé à la remise et à l’arrestation de ce suspect et d’une autre personne.

Lors de l’attaque de mercredi dernier dans laquelle, selon les autorités haïtiennes, au moins 28 individus ont été impliqués, la brigade d’assaut a annoncé par haut-parleur qu’il s’agissait d’une opération de la DEA.

Dans sa déclaration à CNN, l’agence a indiqué qu’aucun des assaillants n’avait agi dans cet assaut au nom de la DEA.

Au moins deux citoyens américains, Joseph Vincent, 55 ans, et James Solages, 35 ans, ont été arrêtés dans le cadre de l’attaque contre la résidence de Moïse dans laquelle sa femme a également été blessée.

Un troisième haïtiano-américain, Christian Emmanuel Sanon, a été arrêté lundi et les autorités haïtiennes le désignent comme le principal coupable de l’attentat.

17 autres suspects détenus en Haïti sont des Colombiens, et 11 d’entre eux ont été identifiés par le ministère colombien de la Défense comme d’anciens membres des forces armées de ce pays.

Le gouvernement du président Joe Biden a dépêché une équipe d’experts en Haïti pour aider à l’enquête sur le meurtre de Moïse, et le secrétaire d’État Antony Blinken a exprimé lundi sa préoccupation face à la situation dans ce pays.

« J’ai très peur », confie un Colombien qui travaille en Haïti et demande de l’aide pour partir

Anthony Coley, un porte-parole du ministère de la Justice, a déclaré lundi que “de hauts responsables américains en Haïti ont procédé à une première évaluation de la situation”.

“Le ministère (de la Justice) enquêtera également pour savoir s’il y a eu des violations du droit pénal des États-Unis en rapport avec cette affaire”, a-t-il ajouté. EFE

jab / afs / cpy