HomePolitiqueAssassinat de Jovenel Moise: L'un des suspects du meurtre était un informateur...

Assassinat de Jovenel Moise: L’un des suspects du meurtre était un informateur de la DEA

L’un des suspects de l’assassinat du président d’Haïti, Jovenel Moïse, était un informateur de la Drug Control Agency (DEA) des États-Unis, a rapporté ce bureau aujourd’hui.

« Après l’assassinat du président Moïse, le suspect a contacté un de ses contacts à la DEA et un responsable de la DEA affecté à Haïti l’a exhorté à se rendre aux autorités locales », a indiqué un communiqué de l’agence à la télévision CNN, sans identifier son identité.

La DEA a indiqué qu’en collaboration avec le Département d’État, des informations ont été fournies au gouvernement haïtien qui a aidé à la remise et à l’arrestation de ce suspect et d’une autre personne.

Lors de l’attaque de mercredi dernier dans laquelle, selon les autorités haïtiennes, au moins 28 individus ont été impliqués, la brigade d’assaut a annoncé par haut-parleur qu’il s’agissait d’une opération de la DEA.

Dans sa déclaration à CNN, l’agence a indiqué qu’aucun des assaillants n’avait agi dans cet assaut au nom de la DEA.

Au moins deux citoyens américains, Joseph Vincent, 55 ans, et James Solages, 35 ans, ont été arrêtés dans le cadre de l’attaque contre la résidence de Moïse dans laquelle sa femme a également été blessée.

Un troisième haïtiano-américain, Christian Emmanuel Sanon, a été arrêté lundi et les autorités haïtiennes le désignent comme le principal coupable de l’attentat.

17 autres suspects détenus en Haïti sont des Colombiens, et 11 d’entre eux ont été identifiés par le ministère colombien de la Défense comme d’anciens membres des forces armées de ce pays.

Le gouvernement du président Joe Biden a dépêché une équipe d’experts en Haïti pour aider à l’enquête sur le meurtre de Moïse, et le secrétaire d’État Antony Blinken a exprimé lundi sa préoccupation face à la situation dans ce pays.

« J’ai très peur », confie un Colombien qui travaille en Haïti et demande de l’aide pour partir

Anthony Coley, un porte-parole du ministère de la Justice, a déclaré lundi que “de hauts responsables américains en Haïti ont procédé à une première évaluation de la situation”.

“Le ministère (de la Justice) enquêtera également pour savoir s’il y a eu des violations du droit pénal des États-Unis en rapport avec cette affaire”, a-t-il ajouté. EFE

jab / afs / cpy

Stay Connected
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Must Read
Related News