HomePolitiqueLe suspect de la mort de Jovenel Moïse avait quatre plaques de...

Le suspect de la mort de Jovenel Moïse avait quatre plaques de la République dominicaine dans sa maison

Du matériel compromettant a été trouvé à la résidence de Christian Emmanuel Sanon , récemment arrêté comme l’un des suspects d’être le cerveau derrière l’assassinat du président d’Haïti, Jovenel Moïse .

Selon des déclarations des autorités haïtiennes, publiées ce lundi par le journal de ce pays, Le Nouvelliste , au domicile du détenu, Sanon, 63 ans, une casquette estampillée DEA, 6 pistolets et étuis de pistolets ont été retrouvés, une vingtaine de boites de cartouches , quatre plaques de République dominicaine , des chargeurs de pistolets tirés, 24 cibles de tir inutilisées, deux véhicules et de la correspondance adressée à des secteurs du pays », selon les déclarations de Léon Charles, directeur général de la PNH, en Haïti.

« Il est entré en Haïti en avion privé à des fins politiques selon les informations dont nous disposons. Il avait contacté une société de recherche pour recruter les mercenaires dont nous avons parlé. Il est entré en Haïti début juin. Il était accompagné d’une partie des mercenaires qui devaient dans un premier temps assurer sa sécurité et celle de sa compagnie. La mission a changé lorsque l’un des assaillants a reçu une ordonnance du tribunal pour faire venir le président. L’opération a été planifiée sur la base de ce mandat », publie Le Nouvelliste.

Il précise, citant toujours Léon Charles, qu’Emmanuel Sanon était en contact avec une société vénézuélienne spécialisée dans la sécurité, basée aux Etats-Unis et qu’il a été contacté par les mercenaires lorsque la PNH a bloqué l’avancée des mercenaires colombiens qui venaient de commettre le crime. . « Christian Emmanuel Sanon a contacté deux autres personnes en retour. Ces personnes sont reconnues comme les auteurs intellectuels de l’assassinat de Jovenel Moïse », a déclaré le directeur général de la PNH.

Charles, a indiqué que jusqu’à présent, l’enquête administrative, menée par l’Inspection générale de la police, des mesures conservatoires ont été prises à l’encontre des chefs des différentes unités chargées de la sécurité du président. “Nous continuons d’enquêter sur le degré de participation de chacune de ces entités”, a déclaré Léon Charles, selon le média précité.

Stay Connected
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Must Read
Related News