HomeInsecuriéLes hôpitaux haïtiens victimes de la guerre des gangs à Port-au-Prince

Les hôpitaux haïtiens victimes de la guerre des gangs à Port-au-Prince

En Haïti, la guerre des gangs continue de faire rage dans l’ouest de la capitale Port-au-Prince. Au niveau du quartier défavorisé de Martissant, la route nationale est désertée et rares sont les usagers à s’y risquer. Cette situation empêche notamment la distribution de carburants à travers le pays avec de lourdes conséquences pour les hôpitaux.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

La distribution du courant sur le réseau électrique public étant très aléatoire – une poignée d’heures par jour au mieux dans les meilleurs quartiers de la capitale haïtienne –, l’hôpital de la fondation Saint-Luc s’est doté d’une centrale autonome.

Les besoins en diesel sont vitaux au fonctionnement de l’établissement, mais aujourd’hui son directeur médical, Dr Marc Edson Augustin, alerte sur le risque de devoir fermer les services.

« Nous attendions une livraison pour remplir nos réserves garantissant le fonctionnement des hôpitaux depuis environ une dizaine de jours, explique-t-il. Malheureusement, en raison des conditions sécuritaires et autres, nous n’avons pas pu avoir cette livraison au moment où je vous parle. Nous avons des réserves de carburant pour les prochaines 36 heures donc nous sommes obligés de lancer cet appel tant auprès des autorités que des particuliers. Concrètement, sans carburant, pas d’énergie, donc fermeture des services. »

Aujourd’hui, les deux tiers des 300 lits de l’hôpital Saint-Luc sont occupés avec notamment 65 patients atteints de Covid placés sous oxygène. De l’oxygène qu’il est également difficile de se procurer pour l’ensemble des hôpitaux, car le principal fournisseur du pays se situe à Cité Soleil, autre quartier de la capitale actuellement en proie aux affrontements entre gangs.

SourceRFI
Stay Connected
16,985FansLike
2,458FollowersFollow
61,453SubscribersSubscribe
Must Read
Related News