décembre 11, 2017

Le conseil électoral provisoire de Berlanger veut tout accomplir avant de partir.

Le conseil électoral provisoire de Berlanger veut tout accomplir avant de partir.

Le conseil électoral provisoire de Berlanger veut tout accomplir avant de partir.

En plus des élections directes, Léopold Berlanger et ses pairs veulent organiser les élections indirectes avant de laisser la place à un éventuel conseil électoral permanent. Une mission qui leur a été confiée sous l’administration de Jocelerme Privert en avril 2016. Après avoir organisé les élections présidentielles et le premier tour du tiers sénat en novembre 2016, le deuxième tour du sénat et les collectivités territoriales en janvier dernier, le conseil veut organiser les élections indirectes (voir l’article précédent ayant pour titre : C’EST QUOI LES ÉLECTIONS INDIRECTES ?) pour former les Assemblées municipales, assemblées départementales… comme prévu par les articles 67 à 87.5 de la constitution de 1987 amendée et les articles 72 à 82 du décret électoral de 2 mars 2015.

Comme les élections indirectes doivent être organisées après l’entrée en fonction des membres des différentes assemblées des sections communales, le conseil attend la prestation de serment des élus locaux pour que les élections indirectes soient réalisées. Puisque ce sont l’Assemblée de chaque section communale et les délégués de ville qui auront chacun un représentant dans l’Assemblée municipale, le conseil n’a qu’à attendre la prestation de serment des élus pour procéder à l’organisation des élections indirectes. Bien que prévu par la constitution de 1987, les élections indirectes n’ont jamais eu lieu. Il y avait une tentative qui a été échouée en 1996 sous l’administration de l’ancien président René G. Préval (décédé), depuis on n’en pense pas. « L’organisation de Ces élections ont été sous notre responsabilité, puisque le mandat dont nous disposons a été d’organiser les élections à tous les postes » dixit monsieur Berlanger le président du conseil électoral actuel.

Interrogé sur les communes qui n’ont pas de représentant à la 50ème législature, Monsieur Berlanger répond : «  nous n’avons pas le mandat d’organiser les élections pour les postes vacants après janvier 2017.Notre mission a été d’organiser les élections dont les postes sont vacants avant le mois janvier 2017. Si les responsables veulent que ce conseil organise ces élections, ils prolongeront le mandat du conseil. Dans le cas contraire, ce conseil ne pourra pas organiser les élections pour la circonscription de Dessalines et de Cerca la source ». Sur la question de Guy Philippe, le président ne veut pas trop se prononcer. « Nous ne pouvons pas nous prononcer sur les postes qui ne sont pas légalement vacants. Si le poste est vacant légalement, c’est-à-dire la justice décide sur le sort, dès lors nous pouvons dire qu’il est vacant ». Nous nous rappelons dans une conférence précédente, Mr Berlanger a martelé qu’il attend la décision finale de la justice Américaine le 05 juillet prochain pour savoir s’il faut organiser des élections pour le département de la Grande-Anse.

 

Par ailleurs, Uder Antoine le directeur exécutif du conseil présidé par Léopold Berlanger a martelé lors de cette même conférence de presse, que l’Etat Haïtien leur doit un total de 3.000.000 de dollars sur les élections déjà organisées. Il en profite de l’occasion pour annoncer le budget défini pour les élections indirectes qui s’élève à 700.000 dollars américain.

Mithelot Gelin dit « MG »
Communicateur social, Journaliste
Et étudiant en Droit

Facebook Comments

Related posts