En fin de compte, à quel jeu joue le sénateur Latortue

0
224

Le président Jovenel Moise, dans son discours en grande partie improvisé, prononcé mercredi à Marchand-Dessalines, a laissé croire que le peuple serait étonné de voir des accusateurs prendre place sur le banc des accusés, lors du prochain procès sur la dilapidation de fonds de Petro Caribe. Mais à qui fait-il exactement allusion ? A vite en juger, il ne ferait jamais référence à son bienfaiteur, à celui qui l’a tiré de l’incognito et l’a placé dans la cour des grands que ces rêves délimitaient

un billet de la rédaction
Ce que les habitants de la Cité des poètes ont reproché mercredi à Ralph Theano, pour lequel l’administration tèt kalé 1 avait taillé un poste sur mesure, afin de lui permettre de jouir des largesses du gouvernement, c’est exactement la même attitude que le groupe de citoyens « les Indépendants » de la Cité de l’Indépendance ont adopté envers le sénateur Youri Latortue.

Mais, il incombe tout d’abord, honnêteté intellectuelle oblige, de mentionner que, probablement, il n’y aurait pas le 17 octobre 2018, des milliers d’haitiens dans les rues, n’était-ce pas la conclusion d’un premier rapport sur les utilisations de fonds de Petro Caribe, à l’initiative de M. Latortue. N’en déplaise au professeur Wilson Laleau, fort de l’assurance du pouvoir tèt kalé 2, le trouvait « partiel, partial et incomplet« .

L’ancien officier des FAd’H, converti en enquêteur, surtout avec ce rapport Petro Caribe qui fera tache d’huile dans l’histoire du sénat haïtien dans un sens ou dans l’autre, quoique révélé pour un homme à élocution facile, n’arrive pas toujours à déployer toute sa capacité à convaincre l’opinion publique pensant qu’il est sur tous les fronts où les pouvoirs politiques vacillent.

L’officier est surtout reproché pour ses défaillances à mettre toujours un point d’honneur à garder une prise de position. On lui adresse également des reproches pour son soutien ouvert à Mirlande Manigat en 2010 alors qu’il a fini par atterrir dans le camp de l’adversaire de la candidate qu’il soutenait. Et de là, vient tout son malheur qui alimente la source où des opposants puisent des mots énergiques pour politiquement contredire ses faits et mettre en doute ses actions.

Deux sons de cloche ont retenti mercredi à Gonaives lors des manifestations à l’échelle nationale contre la corruption avec pour principale toile de fond KotKòbPetroCaribe-a. Le sénateur Latortue qui ne manquera pas de trouver d’arguments pour justifier son passage dans le « camp des conseillers rapprochés » de l’ex-président Michel Martelly, aux yeux de la population des Gonaives, a souffert mercredi un fort déficit de crédibilité vertement dénoncé par « les Indépendants« . Ces derniers, soulignons-le, étaient arrivés à défier le chef des Tèt kalé en l’interdisant de venir participer au défilé dans le cortège carnavalesque des Gonaives de février 2018.

Des manifestations peuvent toujours partir de plusieurs embranchements, ou prendre des parcours différents, mais ce qui est gênant et en même temps dangereux, c’est la polémique engendrée alors que les revendications devraient être les mêmes.

Autre incohérence relevée dans la manif-petro à laquelle a pris part le sénateur Youri Latortue qui disait parler au nom de AAA, c’est sa parole contre celle du sénateur Gracia Delva, élu sous la bannière de AAA.

Il parait inconcevable que M. Latortue, d’un côté, manifeste à Gonaives contre la dilapidation de fonds de Petro Caribe, un dossier très mal vu par le président Jovenel Moise qui avait même chargé au sénateur Lambert, la mission de l’enterrer définitivement, et de l’autre, la présence d’un membre de son parti auprès de ce même président jusqu’à l’aduler.

Nous sommes en droit de nous poser la question à savoir, définitivement, à quel jeu joue le sénateur Latortue ?

Rezonodwes