Deux anciens ministres de Privert répondent à Clamé Ocnam Daméus

Les réponses des ex-ministres de la Justice et de l’Economie, en l’occurrence M. Camille Edouard Junior et M. Yves Romain Bastien, ne se sont pas fait attendre suite à la lettre du commissaire de gouvernement adressée au directeur de service de l’Immigration interdisant leur départ du pays. Dans un entretien accordé au Quotidien le Nouvelliste, les deux anciens responsables fustigent la décision de M. Clamé Ocnam Daméus qu’ils qualifient de manœuvres politiques et porte atteinte à leur droit de circulation.

[ad id= »58″]

« Je condamne avec véhémence toute tentative de me priver de ma liberté de circulation » a ouvertement déclaré M. Camille Edouard Junior. Il estime qu’un commissaire de gouvernement ne possède aucune compétence légale pour juger l’action d’un ministre dans le cadre de ses exercices.

L’ancien ministre de la justice définit cette interdiction de départ comme une revanche politique. M. Camille Edouard s’est dit « surpris » que ce soit M. Clamé Ocnam Daméus qui prenne de telles décisions après qu’il l’ait « sanctionné » au cours de son passage à la tête du ministère d’avoir utilisé les biens de la Justice à des fins personnelles, toujours selon ce que rapporte le Nouvelliste. Il poursuit en avouant avoir été informé que cet ordre émanait directement du Palais national.

[ad id= »58″]

De son côté, Yves Romain Bastien en citant l’article 24 croit que le Commissaire du gouvernement excède dans ses actions sans tenir compte des limites que lui impose la Constitution. Il déclare que la décision de M. Clamé Ocnam Daméus est « politiquement motivée ».

Sans indiquer quels seraient les motifs de sa décision, le  commissaire du gouvernement a confirmé qu’il s’agirait d’une enquête préliminaire et que d’autres démarches devraient bientôt suivre ces interdictions. Le porte-parole de la présidence, Lucien Jura a, quant à lui, rejeté tout soupçon d’implication du Palais national dans cette affaire.

Hadson A. Albert

LooHaiti

Laisser un commentaire