Non classéOpinion

Quid des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts octroyées aux nantis d’Haïti?

image

Pour comprendre comment les hommes d’affaires haïtiens sont méchants et inconscients, il faut questionner les pactes secrets passés entre ces messieurs et dames et les responsables de l’Etat haïtien concernant les franchises douanières et les exemptions de taxes et d’impôts durant ces trente dernières années. Au premier trimestre de l’année 2012, les Départements du Commerce et du Trésor Américains ont publié un rapport d’enquête sur les citoyens américains résidant en Haïti et qui sont dans les affaires. L’enquête a révélé que les citoyens Américains en Haïti bénéficient de franchises douanières s’élevant à un milliard de dollars l’an et d’un montant de 1.4 milliard de dollars sur les exemptions sur les autres taxes et impôts sur le revenu. L’Etat haïtien a un manque à gagner de 2.4 milliards de dollars par an en octroyant des privilèges à la classe des nantis. Il faut rappeler à tous que 2.4 milliards de dollars équivalent au budget de la République d’Haïti. Voilà pourquoi à partir de 2014, le Département d’Etat Américain a décidé de réduire les aides octroyées à Haïti et de couper certaines subventions. Les Etats-Unis d’Amérique jugent que l’Etat haïtien devrait faire un meilleur travail de collection de taxes et d’impôts. Depuis 2016, l’USAID avait signifié au gouvernement provisoire de Jocelerme Privert que les réductions d’aide allaient venir. C’est dans cette optique que des économistes comme Wilson Laleau choisissent de dresser un budget en augmentant les taxes et impôts des éléments de la classe moyenne et des masses populaires. Le pouvoir en place a fait le choix de ne pas entamer des réformes fiscales. Dans ce bref article, nous voulons analyser pour le grand public le pourquoi des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts dans une société capitaliste et expliquer à tous comment l’Etat haïtien devrait procéder pour rebalancer les choses et rendre justice aux pauvres qui souffrent dans ce pays.

 Nous sommes arrivés à un carrefour de notre histoire où les langues commencent à se délier, où l’on ne peut pas continuer à rendre responsable le Blanc parce que le Blanc a décidé de nous donner une certaine marge de manœuvre pour voir si nous pouvons réellement nous prendre en mains. Avec l’élection de Donald J. Trump, Haïti a la possibilité de tirer son épingle du jeu, d’effectuer des réformes en profondeur, d’établir des politiques publiques pour faire respecter le principe d’équité et d’égalité. Donald Trump durant sa campagne électorale avait promis que les Etats-Unis d’Amérique s’immisceront de moins en moins dans les affaires d’autres pays. Aujourd’hui, nous voyons clairement que l’Administration Trump donne la primauté aux questions domestiques par rapport aux affaires étrangères. Qu’est-ce qui empêche à Haïti d’ouvrir un channel de communication avec la Chine Populaire? Qu’est-ce qui empêche à Haïti de contacter des investisseurs au Moyen et au Proche-Orient? L’Administration de Jovenel Moise est otage de la classe d’affaires qui refusent de payer des taxes et des impôts. Les Arabes et les Mulâtres en Haïti qui contrôlent la classe d’affaires ont longtemps choisi la voie de la bamboche et de la corruption généralisée. Ils ont prouvé qu’ils ne sont pas des Haïtiens. Nous n’encourageons pas la violence dans le pays, mais le peuple doit résister face à la menace que constituent ces deux classes en Haïti. Nous ne cherchons nullement à dédouaner les bossales qui s’allient à ces apatrides pour clouer au pilori les pauvres Haïtiens, miséreux de leur état. Nous classons à la même enseigne les intellectuels noirs de la classe moyenne et les politiciens issus de la classe populaire qui choisissent de faire le sale boulot pour les nantis d’Haïti. Aujourd’hui, nous devons poser la question de Dessalines: “Et les noirs dont les pères sont en Afrique, n’auront-ils rien?”.

 Haïti, depuis belle lurette a choisi la voie de la libre entreprise et de la démocratie, mais les acteurs dits capitalistes refusent de jouer le franc jeu. La capacité de l’Etat à collecter des taxes et des impôts est inhérente au régime démocratique et au mode de production capitaliste. Comment est-ce qu’un état peut fonctionner, peut investir dans les infrastructures s’il détermine à exonérer un groupe de citoyens devant le fisc. C’est un crime quand on sait que ce groupe de citoyens a les moyens pour faire marcher l’économie et la machine étatique. Pourquoi accorde-t-on des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts ? Les franchises douanières et les exemptions de taxes et d’impôts sont accordées pour stimuler les hommes d’affaires et les entreprises à fonctionner et investir leurs profits pour créer des emplois et faire rouler l’économie nationale. Aux Etats-Unis d’Amérique, les entrepreneurs bénéficient de ces exemptions parce qu’ils investissent leurs profits à créer des emplois pour les éléments de la classe moyenne et le peuple en général. Il y a des mécanismes mis en place pour déterminer si un entrepreneur investit ou non ou s’il mérite de recevoir les exemptions en franchises douanières, sur les taxes et les impôts à payer. Que se passe-t-il en Haïti? La plupart des hommes d’affaires en Haïti sont citoyens américains. Nombreux sont issus du Moyen Orient. Leurs profits sont entreposés dans des banques américaines, européennes, libanaises, syriennes et israéliennes. Ils n’investissent rien en Haïti. Pourquoi depuis plus de trente ans l’Etat haïtien continue avec cette pratique d’exonération? Les dirigeants politiques sont élus et nommés par la classe des affaires. En contrepartie, ces derniers offrent des avantages juteux à cette classe qui n’a pas les intérêts de la nation haïtienne à cœur. Nous sommes arrivés à un carrefour où nous réalisons que le populisme de droite et de gauche sont des manœuvres entreprises par les élites pour zombifier le peuple. Qu’est-ce que la gauche a foutu depuis 1986 en Haïti?

 Il y a une tendance à considérer les hommes d’affaires en Haïti comme de vulgaires imbéciles qui n’ont ni lecture ni écriture. C’est une fausse idée entretenue par les nantis même. La plupart de ces hommes d’affaires sont très instruits et ont fait leurs études dans les meilleures universités au monde. Ils comprennent bien le fonctionnement d’une société capitaliste. C’est en connaissance de cause qu’ils choisissent de faire mal à Haïti, aux miséreux et aux appauvris haïtiens. En affaiblissant l’Etat, ils font d’une pierre deux coups. Ils bénéficient des largesses des dirigeants incompétents et inconscients et ils rendent impossible toute tentative de soulèvement et de changement du peuple haïtien. Ils encouragent de faux conflits dans le pays, ils arment des bandits un peu partout pour semer le trouble. Dans tout pays sérieux, quand l’Etat faillit à sa mission, ce sont les élites qui se réunissent pour restructurer l’Etat. En Haïti, ce sont les élites qui affaiblissent l’Etat même. Elles jouent sur la précarité et sur l’ego surdimensionné des gens pour établir un système de corruption qui fait leur jeu. Dans quel pays au monde est-ce qu’une bourgeoisie choisirait de fonctionner dans la crasse? Les hommes d’affaires sont en transit en Haïti. Ils font de l’argent dans le pays, mais leurs investissements sont ailleurs. Ils n’ont aucun intérêt à investir dans des hôpitaux, dans des universités et dans des centres de recherches puisqu’ils consomment tout de l’étranger. C’est marrant de voir quand ils sont confrontés à des problèmes de santé comme des crises cardiaques, des AVC, ils meurent avec leur argent en poche. Le problème avec ces messieurs et dames c’est qu’ils n’éprouvent aucun sentiment nationaliste. Leur maladie est devenue contagieuse puisque la classe moyenne tend à émuler leur comportement suicidaire. Nombre d’Haïtiens ont des médecins privés à Miami, ils envoient leurs progénitures à l’école aux Etats-Unis d’Amérique, en France et au Canada. Même les leaders politiques qui devraient donner le ton rentrent dans ce schéma. 

 Le grand malaise dans tout ce drame est qu’il n’y a pas d’hommes debout dans le pays capables de renverser la vapeur. Les intellectuels comme Youri Latortue, Patrice Dumont, Kesner Pharel, Eddy Labossière, Sauveur Pierre Etienne, Georges Michel, etc. qui auraient pu dénoncer ces manœuvres sont relégués au banc des lâches et des opportunistes. Ils profitent eux aussi du système. Qu’est-ce qui explique qu’un intellectuel comme Kesner Pharel choisi de ne pas produire des livres pour expliquer les jeunes pourquoi Haïti est pauvre. C’est bien de parler à la radio, mais le devoir d’un intellectuel est avant tout d’écrire pour la postérité, de faire comprendre et d’aider ceux qui peuvent lutter à appréhender le réel. Il y a des dizaines de milliers d’intellectuels haïtiens qu’on aurait pu mettre en cause et blâmer, mais on cite ces noms parce qu’ils sont plus en vue. Comment va-t-on et peut-on sortir de ce carcan? La pensée critique c’est ce qui fait défaut à Haïti, à sa jeunesse et aux militants qui sont prêts à faire le sacrifice ultime. Voilà pourquoi aujourd’hui nous voulons finir avec le “pale met pale” et nous encourageons ceux qui ont la lumière de la connaissance et du savoir-faire explicite à partager leurs expériences. Nous ne voulons blâmer personne. Nous donnons à tout un chacun la chance de faire peau neuve. Il y a une excuse que certains intellectuels noirs de la classe brandissent à chaque fois qu’un élément de la diaspora les met en cause. Ils disent qu’ils ont choisi de rester en Haïti, malgré tout et que nous, nous avons décidé de partir. Rester en Haïti est un choix calculé puisqu’ils font de l’argent, ils bénéficient dans une certaine mesure de l’ignorance de la masse. Certains économistes en Haïti et experts en sciences sociales sont assez aisés aujourd’hui et ils ne courent pas de grands risques à dire la vérité aux jeunes. L’opportunisme c’est tout ce qui caractérise le silence de nos intellectuels. Je sais que les réactions vont pleuvoir, mais aujourd’hui tout ce que l’on demande aux intellectuels noirs de la classe moyenne c’est d’être proactifs.

 Nous ne choisissons pas de tirer à boulets rouges sur les intellectuels vivant en Haïti et innocenter ceux qui vivent dans la diaspora. Ils sont tous à la même enseigne. Je dirais même que ceux qui vivent dans la diaspora sont beaucoup plus inconscients que ceux qui vivent en Haïti. Au moins, ils ont une certaine liberté et une certaine marge de manœuvre pour élever la voix dans le confort nord-américain et européen. A quand l’Haïtien éduqué et instruit finira par réaliser qu’il fait partie du problème? Je peux comprendre que la plupart des Arabes n’a pas de sentiment d’appartenance comme aurait dit Serge Beaulieu. Je peux comprendre que les Mulâtres ont choisi de faire le Camp Gérard parce qu’ils comprenaient qu’ils étaient en position de régner en maitres et seigneurs après l’Independence. En effet, ils se sont alliés aux généraux noirs et ont tué Jean Jacques Dessalines, le fondateur de la nation haïtienne. 211 après l’assassinat de l’Empereur Dessalines, que peut-on espérer? Nous ne cesserons de le répéter, l’ennemie numéro un de la République d’Haïti est l’ignorance, la violence, la peur, la médiocrité, l’égoïsme, la méchanceté, la haine et l’opportunisme. Aujourd’hui, les éléments de la classe des bossales sont aussi coupables que les Arabes et les Mulâtres qui constituent la classe des nantis. Nous devons avoir le courage de dire que nous sommes laids et niais. Nul besoin de pointer x ou y du doigt. Nous sommes tous coupables et responsables de la misère et de la paupérisation de plus de neuf millions d’Haïtiens. Qu’est-ce que nous allons faire pour dénouer ce nœud gordien? Je ne prétends pas avoir toutes les réponses, mais au moins j’agite les questions et je cherche à comprendre. 

 Le président du Sénat Youri Latortue gagnerait en estime s’il cherchait à savoir à combien s’élève le montant actuel des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts octroyées à la classe des nantis. Le Secrétaire d’Etat aux Finances Ronald Décembre devrait bien avoir ces chiffres prêts à partager avec les parlementaires qui disent représenter le peuple. Les économistes et les analystes politiques doivent poser des questions. Nous faisons semblant de ne pas voir et de ne pas comprendre. Et pourtant nous sommes assez instruits pour comprendre. J’aimerais bien que des économistes comme Kesner Pharel et Eddy Labossière nous parlent du manque à gagner de l’Etat haïtien et du peuple haïtien dans l’octroi de ces franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts. La séance tenue au Sénat de la République la semaine dernière sur les juteux contrats d’électricité ont permis à plus d’un de comprendre à quel point les élites économiques plument la poule Haïti et sont véreux. Octroyer des privilèges à ceux qui peuvent payer et qui n’investissent pas dans le pays est un scandale. Certains vont me dire que les hommes d’affaires ont des entreprises ça et là. Je leur dirai tout de go que le système d’oligopole et de monopole qu’ils établissent dans le pays par la peur et la violence découragent la compétition. Qu’ils partent et plus d’un verront comment les bien-pensants finiront par prendre les choses en mains. Ceux qui sont lucides et qui voient clairs doivent avoir le courage de dénoncer le mal que nous vivons en Haïti et de réfléchir sur le comment construire une société juste et plus équitable où règne la primauté des lois. L’Etat haïtien doit fermer le robinet des franchises douanières et des exemptions de taxes et d’impôts. Jovenel Moise doit cesser de jouer au sourd et à l’imbécile pour enfin assumer ses responsabilités de chef d’Etat. Il doit se mettre au travail comme chef d’Etat. Il y a des hommes qui ont l’expertise nécessaire pour mener des enquêtes et aider l’Etat haïtien à appréhender le problème. Il suffit de crier à l’aide. Nous demandons aux jeunes Haïtiens de consentir des efforts pour se former. Grace à Dieu, nous avons l’internet et nous avons des moteurs de recherche. La connaissance est plus accessible aujourd’hui. Nous devons nous former et nous devons poser des questions. La justice élève une nation, la connaissance et l’amour véritable libèrent. Que Dieu aide les Haïtiens à se débarrasser des thuriféraires qui les tiennent attachés à la misère et à la crasse.

 Kerlens Tilus     10/16/2017

Futurologue/ Templier de Dieu

[email protected]

Tel: 631-639-0844





[ad id=”58″]

Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close