Non classé

ce qu’il faut savoir sur le maquillage des acteurs et les effets spéciaux

[ad_1]

Les films Harry Potter se sont très fortement inspirés du contenu de la saga pour coller parfaitement à l’aventure originelle. D’ailleurs, le studio n’a pas été avare et il faut savoir qu’il y a un énorme travail qui a été effectué au niveau du maquillage ou encore des effets spéciaux. D’ailleurs Mark Coulier a reçu 2 oscars pour son magnifique travail.

La cicatrice d’Harry Potter

La cicatrice en forme d’éclair sur le front de Harry Potter provient d’un sortilège de la Mort envoyé par Voldemort et l’acteur a dû prendre la pause 2000 fois. Elle a été réalisée 5800 fois au total, dont 3800 sur les doublures.

La tante Marjorie Dursley

Dans Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban la tante Marjorie Dursley s’est retrouvée au plafond comme un ballon de baudruche gonflé à l’hélium. Pour y arriver, une équipe de 20 personnes a créé ce costume gonflable qui a demandé 4 mois pour être terminé. Il est doté de plusieurs poches qui ont été remplies de gaz et l’actrice a été surélevée par un câble.

Le nez de Voldemort

Le principal antagoniste de l’histoire, Voldemort, a la particularité d’avoir un nez reptilien, mais il fallait savoir qu’au départ il devait avoir un nez comme tout le monde. Il a été créé par la suite grâce aux effets numériques dans Harry Potter et la Coupe de feu en 2005. L’équipe en charge des effets visuels transforma donc en post-production le nez de Ralph Fiennes pour lui donner une forme épatée avec 2 fentes, rappelant le museau d’un serpent

Les veines du crâne de Voldemort

L’autre particularité de Voldemort se trouve sur son crâne. En effet, on peut y voir ses veines. Mais comment ont-elles été créées ? Il s’agit tout simplement d’un tatouage temporaire. Le maquillage du personnage prenait 2 heures et demandait 3 personnes pour travailler dessus et il a été répliqué seulement 70 fois dans toute la franchise.

La transformation de Ciaran Hinds pour devenir Abelforth Dumbledore

Ciaran Hinds ne ressemblant pas à Abelforth, il a dû passer par la case transformation. Pour remédier à cela, le front et les poches sous les yeux sont des prothèses créées pour l’occasion et les sourcils ont été modifiés par l’équipe de maquillage.

L’araignée Aragog

Aragog est une acromentule mâle apportée par Rubeus Hagrid à Poudlard. Pour créer ce monstre, il a fallu environ 6 mois et 20 personnes. Une fois terminée, il a fallu une grue pour la déplacer, car elle pesait une tonne pour une taille de 5,5 mètres. Pour le tournage, elle a été manipulée de 3 façons, des marionnettistes pour les pattes arrières, par le système Waldo qui permet de donner plus de fluidité qu’un système classique hydrolique et en transposant les mouvements d’un acteur à la machine, ainsi que par la voix pour bouger les mandibule de la bête.

Des branchies très fragiles et longues à mettre en place

Harry Potter a dû utiliser une branchiflore pour pouvoir respirer sous l’eau, mais la réalisation des branchies était plus compliquée que prévu. Elles étaient composées de silicone et de soie, elles ont pris 1 heure et demi pour être conçues et elles étaient extrêmement fragiles.

Les lunettes d’Harry Potter

En plus de sa cicatrice, Harry Potter porte une jolie paire de lunettes bien rondes. Durant les différents tournages elle a été remplacée pas moins de 160 fois.

[ad_2]

Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close